Rechercher
  • Julien Encaoua

Syndrome du Canal Carpien - Traduction des recommendations du JOSPT

Guides des recommandations de bonnes pratiques face a un patient porteur du syndrome du canal Carpien

Directives de pratique clinique liées à la classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé de l'Académie de kinésithérapie des mains et des membres supérieurs et de l'Académie de physiothérapie orthopédique de l'American Physical Therapy Association

Site original en anglais:

https://www.jospt.org/doi/full/10.2519/jospt.2019.0301


Traduction: Julien Encaoua

NDLR: les liens ne font pas partis du texte d'origine et ont été ajouté par le traducteur.

Les lettres correspondent aux niveaux de recommandations

Pour rappel:




Diagnostics du syndrome du canal carpien

A

Lors de l'examen d'un patient présentant un syndrome présumé du canal carpien (SCC), les cliniciens doivent utiliser le test de monofilament de Semmes-Weinstein (SWMT) (explication du test: http://www.sensory-test.com/semmes-weinstein-monofilament/ ), en utilisant le monofilament de 2,83 ou 3,22 comme référence pour une sensation normale de toucher léger et le "static dicrimination 2 points test" (explication du test:https://en.wikipedia.org/wiki/Two-point_discrimination) sur le majeur afin d'aider à déterminer l'étendue des lésions nerveuses. Chez les patients soupçonnés d'être atteints d'un SCC modéré à sévère , les cliniciens doivent tester les doigts sur le territoire du nerf radial utilisant le filament 3.22 et s'en servir comme valeur référence pour indiquer une sensation normale. Le test du monofilament de Semmes-Weinstein doit être répété par le même praticien.


B

Lors de l'examen d'un patient présentant un syndrome présumé du canal carpien (SCC), les cliniciens doivent utiliser le "Katz hand diagram", le test de Phalen ( https://www.youtube.com/watch?v=rQJNrkq7tIs ), le signe de Tinel ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Signe_de_Tinel ), et le test de compression du canal pour déterminer la probabilité de l’existence du canal carpien et interpréter les résultats de l'examen dans le contexte de tous les résultats de l'examen clinique. Les cliniciens doivent évaluer et documenter:

La présence d'au moins trois des signes précédents permet d’émettre un diagnostic assez fiable.


D

Il existe des preuves contradictoires sur la précision l'utilité diagnostique des tests suivants:

- tests neurodynamiques du membre supérieur,

- du Scratch Collapse Test ( https://www.youtube.com/watch?v=9oxXcL7nmK4 )

- des tests de détection du seuil de vibration ( https://www.youtube.com/watch?v=KcZ_Ga9txwQ )

dans le diagnostic du SCC, et aucune recommandation ne peut donc être formulée.


B

Les cliniciens doivent utiliser le CTQ-SSS pour évaluer les symptômes et le "Boston Carpal Tunnel Questionnaire Functional Scale" (CTQ-FS) ou le questionnaire "Disabilities of the Arm, Shoulder and Hand (DASH) " pour évaluer la fonction lors de l’examen des patients atteints du syndrome du canal carpien. Les cliniciens doivent utiliser le CTQ-SSS pour évaluer les changements chez les patients bénéficiant d'une prise en charge non chirurgicale.


C

Examen – Limitations dans les activités / Mesures des performances physiques


Les cliniciens doivent utiliser le "Purdue Pegboard" (PPB) ou le "Dellon- modified Moberg pick-up test"(DMPUT) pour quantifier la dextérité au début du traitement et comparer les scores aux normes établies. Les cliniciens ne doivent pas utiliser le test PPB, "Jebsen- Taylor Hand Function Test", ou le "Nine-Hole Peg Test" pour évaluer l'évolution clinique après une chirurgie de libération du canal carpien (CTR) mais le DMPUT pour évaluer le changement après une chirurgie CTR.



Examen – Limitations dans les activités / Mesures de déficience physique / Mesures de force

A

Les cliniciens ne doivent pas utiliser le "lateral pinch strength" (force de pincement latéral) comme indicateur (outcome measures) chez les patients atteints de SCC traités non chirurgicalement ou chirurgicalement.

B

Les cliniciens ne doivent pas utiliser la force de préhension pour évaluer l’évolution à court terme (moins de 3 mois) des patients après une chirurgie du SCC.


C

Les cliniciens doivent utiliser la force de préhension et le "3-point" ou "tip pinch strength" (force de pincement en pointe/pince) chez les patients présentant des signes et symptômes du SCC et les comparer avec les scores chez les individus normaux.

D

Il y a des preuves contradictoires quant à l'utilisation des tests de force "3-point pinch strength" et "abductor pollicis brevis muscle strength testing" dans le suivi des SCC après opération.


TESTS SENSITIFS ET DÉCLENCHEURS (PROVOCATEURS)

C

Les praticiens ne doivent pas utiliser le test de seuil (threshold test) ou test vibratoire pour évaluer l’évolution des patients avec SCC non opéré jusqu’à ce que plus de preuves soient disponibles. Les praticiens doivent utiliser le test de PHALEN pour évaluer l’évolution des patients opérés lors de suivis sur du long terme.


D

Il y a des preuves contradictoires quant à l'utilisation des tests sensitifs :

- 2-point discrimination

- Test de valeur seuil (threshold testing)

Pour évaluer l’évolution dans le temps chez les patients opérés du syndrome du canal carpien.


Interventions – Technologies assistées

C

Les cliniciens peuvent éduquer leurs patients sur les effets de l'utilisation de la souris sur le canal carpien et les aider à élaborer d'autres stratégies, notamment l'utilisation de touches fléchées, d'écrans tactiles ou l'alternance de la main sur la souris. Les cliniciens peuvent recommander des claviers avec une force de frappe réduite pour les patients atteints de SCC qui signalent une douleur liée à l'utilisation du clavier.


Interventions – Orthèses

B

Les cliniciens doivent recommander une orthèse de poignet neutre pour porter la nuit, afin d’atténuer les symptômes à court terme et afin d’améliorer la fonctionnalité des personnes atteinte du syndrome du canal carpien recherchant une prise en charge non chirurgicale.

C

Les cliniciens peuvent suggérer d'ajuster la durée de l'utilisation de manière à inclure une utilisation diurne, symptomatique ou à plein temps, lorsque l'utilisation uniquement nocturne ne permet pas de contrôler les symptômes chez les personnes atteintes d'un SCC léger à modéré.

Les cliniciens peuvent également ajouter l'immobilisation de l'articulation métacarpo-phalangienne ou modifier la position de l'articulation du poignet chez les personnes atteintes du SCC qui ne ressentent aucun soulagement.

Les cliniciens peuvent donner des informations aux patients sur la pathologie, l'identification des risques, la gestion autonome des symptômes et les postures / activités qui aggravent les symptômes.


C

Les cliniciens devraient recommander une orthèse pour les femmes atteintes du STC pendant la grossesse et prévoir une évaluation de suivi post-partum pour examiner la résolution des symptômes.


Interventions – Biophysical Agents

C

Les cliniciens peuvent recommander un essai de chaleur superficielle pour soulager les symptômes à court terme chez les personnes atteintes du SCC.

C

Les cliniciens peuvent recommander l’application d’une diathermie à micro-ondes ou à ondes courtes pour le soulagement à court terme de la douleur et des symptômes chez les patients présentant un syndrome du canal carpien idiopathique léger à modéré.

C

Les cliniciens peuvent proposer un essai de courant interférentiel pour le soulagement des symptômes de la douleur à court terme chez les adultes sans stimulateur cardiaque avec un CTS idiopathique, léger à modéré. Comme pour toutes les modalités électriques, les contre-indications doivent être prises en compte avant de choisir cette intervention.

B

Les cliniciens ne doivent pas utiliser de thérapie au laser à basse intensité ni d'autres types de thérapie par lumière non laser chez les personnes atteintes du syndrome du canal carpien.

C

Les cliniciens ne doivent pas utiliser les ultrasons thermiques dans le traitement des patients atteints d'un SCC léger à modéré.


D

Il existe des preuves contradictoires sur l'utilisation des ultra-sons non thermiques dans le traitement de patients atteints d'un SCC léger à modéré, et aucune recommandation ne peut donc être formulée.

B

Les cliniciens ne doivent pas utiliser la ionophorèse dans la prise en charge du SCC léger à modéré.

C

Les cliniciens peuvent pratiquer une phonophorèse dans le cadre d'une prise en charge non chirurgicale des patients atteints d'un syndrome du canal carpien léger à modéré pour un traitement symptomatique.

B

Les cliniciens ne doivent pas utiliser ou recommander l'utilisation d'aimants lors de l'intervention chez les personnes atteintes du syndrome du canal carpien.


Interventions – Techniques de thérapies manuelles

C

Les cliniciens peuvent effectuer une thérapie manuelle, dirigée vers la colonne cervicale et les membres supérieurs, pour les personnes atteintes d'un CTS léger à modéré à court terme.

D

Il existe des preuves contradictoires sur l'utilisation de mobilisations neurodynamiques dans la prise en charge du syndrome de SCC léger à modéré.


Interventions - Exercice thérapeutique dans le cadre du syndrome du canal carpien

C

Les cliniciens peuvent utiliser un programme combiné orthèse / étirement chez les personnes atteintes d'un syndrome du canal carpien léger à modéré qui ne sont pas atteintes d'une atrophie de l’éminence thénar et qui présentent un résultat normal au test de discrimination normale à 2 points. Les cliniciens doivent surveiller les patients sous traitement pour une amélioration cliniquement significative.



0 vue