Rechercher
  • laety92

Résultat du traitement orthopédique des fractures de l’olécrane chez les personnes âgées (>75 ans)

Titre original : Marot, V., Bayle-Iniguez, X., Cavaignac, E., Bonnevialle, N., Mansat, P., & Murgier, J. (2018). Results of non-operative treatment of olecranon fracture in over 75-year-olds. Orthopaedics & Traumatology: Surgery & Research, 104(1), 79–82.

Auteur : Laëtitia Rachel Sellem, masseur-kinésithérapeute

Formatrice INFMP – www.infmp.fr




Introduction

Les fractures de l’olécrane représentent 10% des fractures du membre supérieur. L’âge moyen est de 50 ans pour les hommes et 63 ans pour les femmes. Beaucoup de praticiens choisissent une prise en charge chirurgicale : or, cela n’est pas sans risque pour les patients âgés (risque de désunion cicatriciel, d’infection ou de démontage est augmenté). Le traitement orthopédique (immobilisation et kinésithérapie) pourrait être une alternative intéressante pour les fractures peu déplacées de l’olécrane chez les patients âgés. L’objectif de cette étude est d’évaluer les résultats fonctionnels du traitement orthopédique chez les patients âgés de plus de 75 ans et plus, hospitalisés pour une fracture de l’olécrane peu déplacée. Le second objectif est d’évaluer les séquelles fonctionnelles du traitement orthopédique chez ces patients.



Matériel et méthodes

L’étude est observationnelle, prospective, monocentrique et continue. 22 fractures chez 21 patients ont été inclues : les patients étaient âgés de plus de 75 ans, étaient hospitalisés aux urgences du service orthopédique de l’hôpital Pierre Paul-Riquet de Toulouse pour une fracture fermée isolée et stable de l’olécrane peu déplacée (Mayo type 1 et 2). Les patients exclus de l’étude sont ceux présentant des troubles cognitifs. Le traitement orthopédique consistait en :

  • Immobilisation coude au corps 15 jours + antalgiques : atèle de type Dujarier en position de confort (70 à 90° de flexion et prono-supination neutre)

  • Rééducation kinésithérapique : physiothérapie antalgique, mobilisations passives du coude sans limitation (pas de douleur), mobilisations actives à 6 semaines, renforcement musculaire à 8 semaines, proprioception

Les évaluations utilisées étaient le Mayo Elbow Performance Score (MEPS) et le score QuickDASH. Les complications ont également été recueillies. Le suivi s’est fait à 6 semaines puis 3 mois post-opératoire, l’examen principal a été réalisé à 6 mois post-opératoire (toujours par le même examinateur).



Résultats / discussion

Le résultat fonctionnel du traitement orthopédique était excellent et comparable au traitement chirurgical. La plupart des patients présentaient un déficit d’extension qui n’impactait pas la qualité de vie : selon Morrey et al., l’arc fonctionnel du coude serait compris entre 30 et 130°. Il n’y a pas eu de complications locales ou générales. Une pseudarthrose a été retrouvée chez 18 patients, bien tolérée en général : cela est dû à la rotulisation de l’olécrane qui permet de restaurer l’extension active du coude.

Comparativement aux résultats de la littérature concernant le traitement chirurgical dans la population générale, les résultats de cette étude sont équivalents voir supérieurs. On retrouve moins de complications avec le traitement orthopédique qu’avec le traitement chirurgical.

Cette étude comporte quelques limites : il aurait été intéressant de réaliser une comparaison avec le traitement chirurgical (pas assez de patients inclus dans l’étude) et d’évaluer la perte de force du triceps.

14 vues