Rechercher
  • laety92

Rééducation périnéale et abdominale dans le post-partum : recommandations

Mis à jour : juin 24

Rééducation périnéale et abdominale dans le post-partum : recommandations (2015) Deffieux X, Vieillefosse S, Billecocq S, Battut A, Nizard J, Coulm B, Thubert T.


Auteur : Laëtitia Rachel Sellem, Masseur-kinésithérapeute. Formatrice INFMP: www.infmp.fr


La rééducation post-partum est très répandue en France, mais ses modalités et techniques de rééducation sont disparates. Cette étude a pour objectif d'établir des recommandations concernant ce type de rééducation. Pour cela une revue de la littérature a été réalisée afin de déterminer les différents troubles post-partum existants, leur évolution avec et sans rééducation ainsi que l'efficacité des différentes techniques rééducatives.


Méthodologie Les études de cohortes ont été majoritairement retenues pour les données épidémiologiques (prévalence, incidence, évolution naturelle des symptômes). A propos de l'efficacité de la rééducation, les essais randomisés dont les patientes incluses étaient en post-partum ont été sélectionnés.

Résultats Incontinence urinaire La prévalence de l'incontinence urinaire diminue de manière spontanée au cours des trois premiers mois suivant l'accouchement (85% de rémission), puis augmente progressivement dans les années qui suivent. La rééducation doit débuter à 3 mois du post-partum (grade B) lorsqu'on constate que l'insuffisance urinaire persiste. Son efficacité est observée par la disparition des symptômes (non corrélée avec le testing) et n'est observée qu'à court terme (1 an) mais pas à long terme (6-12 ans).  Des exercices de contraction volontaire du plancher pelvien sont recommandés (grade A). La supervision par le masseur-kinésithérapeute ou la sage femme est recommandée (grade C), avec un minimum de 3 séances. On peut y associer une éléctrostimulation et un biofeedback, mais pas de manière isolée (accord professionnel). Il n'y a pas de preuve que cette rééducation ait un rôle préventif chez les femmes continentes.  Rétention urinaire : partielles (RUPP-P) et complètes (RUPP-C) Il y a une résolution des RUPP-P dans 96% à 100% des cas dans les 2 à 5 jours. Concernant les RUPP-C, la résolution est complète dans 98% des cas après 1 à 2 jours de sondages itératifs (autosondage recommandé) et n'est pas associée à des symptômes urinaires accrus à long terme. Une rééducation périnéale n'est pas recommandée chez ces patientes (accord professionnel). Dyspareunies et douleurs périnéales Sans aucun traitement, elles diminuent spontanément de moitié dans les 6-7 mois post-partum, et de deux-tiers dans les 12-18 mois. Il n'existe pas de preuve que la rééducation périnéale diminue ces symptômes. 

Incontinence anale La rééducation périnéale est recommandée (grade C) mais les résultats ne sont pas maintenus à long terme.


Constipation Il n'y a pour l'instant aucune évaluation de l'effet de la rééducation périnéale sur la constipation. Prolapsus génital Un prolapsus de stade 2 touche un tiers des femmes enceintes au troisième trimestre et est retrouvé identique juste après l'accouchement. Dans l'année suivante une correction anatomique spontanée se fait, mais 90% des femmes présentent toujours un élément de prolapsus à l'examen (dont seulement 12% avec symptômes associés au prolapsus). Il n'existe pas d'étude évaluant l'effet de la rééducation individuelle périnéale sur le prolapsus (prévention et traitement).

Rééducation abdominale Le diastasis des grands droits de l'abdomen est retrouvé chez 50 à 60% des femmes en fin de grossesse ou post-partum immédiat, et persiste dans 39% des cas à 6 mois. Une récupération spontanée peut être observée jusqu'à 50 semaines post-partum. Il n'y a pas de données évaluant l'effet de la rééducation abdominale sur le diastasis. Aucune étude n'a évalué la rééducation hypopressive en post-partum. 

0 vue