Rechercher
  • laety92

Maladie de Charcot-Marie-Tooth : éléments de rééducation fonctionnelle, kinésithérapie

Titre original : P. Sautreuil et al, Maladie de Charcot-Marie-Tooth : éléments de rééducation fonctionnelle, kinésithérapie et ergothérapie, m/s HS n° 1, vol. 33, nov 2017

Autre source bibliographique (introduction) : https://www.cmt-france.org/La-maladie


Auteur : Laëtitia Rachel Sellem Formatrice à l’INFMP – www.infmp.fr


Introduction

La maladie de Charcot-Marie-Tooth est une neuropathie périphérique héréditaire sensitive et motrice. La gravité de l’atteinte est variable d’un patient à l’autre, et rien ne permet de prédire son évolution : d’une simple gêne à la marche à l’utilisation d’un fauteuil roulant (seulement 10% des cas). Sa prise en charge précoce en kinésithérapie est essentielle afin de limiter les conséquences de la maladie et de retarder son évolution : travail de l’équilibre, prévention des chutes, limitation de la fatigue à la marche, endurance, etc. Cet article nous présente les techniques employées à l’hôpital de jour du service de rééducation neuro-orthopédique de l’hôpital Rothschild, Assistance Publique Hôpitaux de Paris.

Bilan

Analytique et fonctionnel

Le kinésithérapeute réalise un bilan articulaire (orteils, pieds, chevilles, genoux, hanches, rachis, mains, membres supérieurs) et un bilan fonctionnel :

  • Qualité et quantité de marche

  • Time Up and Go Test

  • Marche pendant 6 minutes (TM6)

  • Equilibre monopodal

  • Functional reach test

  • Marche « funambule »

  • Périmètre fonctionnel de marche (+/- aides techniques)

  • Accès aux terrains irréguliers

  • Escaliers

  • Test de Berg (équilibre)


Instrumental

On évalue l’équilibre avec une plateforme de stabilométrie (sur sol, puis sur mousse, yeux ouverts puis fermés, penché en avant : la plateforme enregistre la projection du centre des pressions et peut mettre en évidence une asymétrie d’appui ou d’équilibre), la marche avec un locomètre, l’isocinétisme.



Préhension

A l’hôpital, l’examen est réalisé en ergothérapie mais est également réalisable par un kinésithérapeute. On réalise :

  • Le bilan fonctionnel de Kapandji

  • Bilan générique du 400 points

  • Evaluation de la force de préhension

  • Nine Hole Pegboard (test de dextérité)

  • Bilan gestuel des membres supérieurs


On réalise également un bilan des sensibilités :

  • Sensibilité thermoalgique

  • Sensibilité discriminative (two points discrimination test)

  • Sensibilité proprioceptive statique et kinesthésique

Rééducation kinésithérapique

Isocinétisme

Cette rééducation concerne les genoux (ischios-jambiers et quadriceps) et les muscles extenseurs/fléchisseurs du rachis. On travaille soit en excentrique soit en concentrique.


Marche sur tapis roulant

Permet de faire varier et d’évaluer la vitesse de marche, la pente et la durée : on peut travailler l’endurance et le périmètre de marche.


Travail sur cyclo-ergomètre

Possible pour les membres inférieurs et supérieurs, également à domicile.


Rééducation proprioceptive et parcours de marche

On la réalise sur des matériaux de différentes textures/densités, sur des surfaces instables, avec des obstacles, yeux ouverts/fermés




Relaxation

Utilisation du Fleximatic® (vibrations à effet massant) pour traiter les courbatures.


Auto-entretien

Il est essentiel pour le patient de continuer sa rééducation à la maison et de l’intégrer dans sa vie quotidienne.

Rééducation de la main

On commence par un travail de détente musculaire de l’ensemble du membre supérieur (particulièrement les mobilités de la scapula), on veut harmoniser les musculatures intrinsèques et extrinsèques de la main. Puis on réalise des exercices afin de conserver la qualité de la préhension : entraînement sensitivo-moteur (musculature intrinsèque + prises fines). Le patient réalise un auto-programme quotidien d’entretien des mains constitué d’étirements (pour éviter les rétractions des articulations du pouce, des doigts et du poignet), puis un renforcement en utilisant plusieurs pâtes de différentes résistances (prises globales ou orientées).




Le domicile

Un ergothérapeute va conseiller le patient afin d’adapter son domicile à ses différents besoins fonctionnels. Le kinésithérapeute va également proposer une adaptation des activités de loisir, activités professionnelles et de la conduite automobile aux patients.




20 vues