Rechercher
  • laety92

Kinésithérapie respiratoire et reflux gastro-œsophagien chez l'enfant

Influence de la kinésithérapie respiratoire sur le reflux gastro-œsophagien chez l'enfant, G. Reychler, L. Jacques, D. Arnold, I. Scheers, F. Smets, E. Sokal, X. Stephenne


Auteur : Laëtitia Rachel Sellem, Masseur-kinésithérapeute

Formatrice INFMP: www.infmp.fr



Introduction


Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est un trouble digestif fréquent, dont la prévalence est élevée chez les enfants et prédominante chez le nourrisson. On le retrouve chez les enfants atteints de mucoviscidose. Ceux-ci sont suivis en kinésithérapie respiratoire : certaines études ont associé les manœuvres de désencombrement réalisées avec l'apparition d'un RGO. En effet, ces manœuvres sont génératrices de pressions abdominales et thoraciques et pourraient avoir un effet sur le RGO. Cette étude va vérifier si deux techniques de rééducation habituelles en kinésithérapie respiratoire vont générer des RGO chez ces enfants.


Patients et méthodes


L'étude comprend 29 enfants de 1 mois à 14 ans chez qui une prescription de pH-métrie avait été donnée par un pédiatre indépendant de l'étude. Les enfants devaient être à jeun (au moins 3 heures après le dernier repas) et avoir arrêté toute médication en lien avec les troubles gastriques depuis deux jours. Lors de l'examen de pH-métrie une séance de 15 min de kinésithérapie respiratoire était réalisée. Deux manœuvres ont été réalisées de manière aléatoire :

  1. L'expiration lente prolongée (ElPr) : "technique passive d'aide respiratoire obtenue au moyen d'une pression manuelle thoraco-abdominale lente, commencée à la fin d'une expiration spontanée et poursuivie jusqu'au volume résiduel. Son objectif est d'obtenir un plus grand volume expiré"

  2. La pression expiratoire positive (PEP) : "pression positive maintenue de manière continue toute la phase expiratoire du patient". La PEP était appliquée par un PEP-masque

Chaque manœuvre a été réalisée en position assise durant 5 minutes, avec 5 minutes de pause entre les deux. La pH-métrie a été ensuite analysée pendant les 24 heures suivantes, ainsi que pendant la séance de kinésithérapie au moment précis de chaque manœuvre. Pour définir si le RGO était d'origine pathologique, l'indice d'Euler devait être supérieur à 50 (nombre de reflux sur 24h).



Résultats et discussion


Les deux tableaux ci-dessous indiquent les résultats obtenus.

L'indice d'Euler a montré que 15 enfants sur les 29 présentaient un RGO pathologique. L'incidence d'un RGO pendant la kinésithérapie respiratoire n'était influencé ni par le type de technique utilisée ni par la présence d'un RGO pathologique. Les résultats montrent une incidence significative du RGO pendant les séances de kinésithérapie respiratoire, avec une tendance à une incidence supérieure avec l'ElPr : cela pourrait être du à la pression abdominale appliquée par le thérapeute, provoquant un relâchement du sphincter inférieur de l'œsophage et responsable du RGO. L'incidence du RGO est moindre avec la PEP, mais cette technique est moins bien tolérée (10 enfants n'ont pas supporté le port du masque). Plusieurs études se sont intéressées à l'influence de la position sur le RGO. Mais les techniques de rééducation ne sont pas forcément applicables aux positions recommandées. C'est pourquoi la position assise avait été choisie par son confort et le fait qu'elle n'est pas censée provoquer de RGO. Cette étude présente plusieurs limites :

  • Pas d'indication de kinésithérapie chez les enfants : une incidence accrue de RGO est probable pour un enfant recevant ces séances régulièrement

  • La ph-métrie ne distingue que les reflux acides

  • Grande variabilité de l'âge des sujets

  • Choix des techniques : l'ElPr est destinée au nourrisson de moins d'un an et appliquée en décubitus dorsal


Conclusion

Les manœuvres d'ElPr et de PEP-masque en position assise peuvent provoquer des épisodes de RGO chez les enfants, peu importe la présence d'un RGO pathologique ou non. De nouvelles recherches sont nécessaires pour identifier l'impact des séances de kinésithérapie répétées sur le RGO et leurs modalités.

11 vues