Rechercher
  • laety92

Kinésithérapie et syndrome fémoro-patellaire : lutte contre l’effondrement du membre inférieur

Titre original : A. Rambaud et al. La prise en charge rééducative globale de patients présentant un syndrome fémoro-patellaire : la lutte contre l’effondrement du membre inférieur par le renforcement du moyen fessier. Journal de Traumatologie du Sport 30 (2013) 232–239

Auteur : Laëtitia Rachel Sellem

Formatrice à l’INFMP – https://infmp.fr/


Introduction

Le syndrome fémoro-patellaire (SFP) est une des pathologies les plus fréquentes du membre inférieur (25 à 43% des consultations en médecine du sport). Elle est prédominante chez la femme et évolue en pathologie chronique dans 70 et 90% des cas.

On retrouve des douleurs sur la face antérieure du genou qui ne sont ni d’origine articulaire, tendineuse ou ligamentaire. Elles peuvent être déclenchées lors de l’accroupissement, la montée/descente d’escaliers et/ou lors de la position assise prolongée. On retrouve également un désordre biomécanique de l’articulation fémoro-patellaire et du membre inférieur.

Depuis les années 80, la rééducation recommandée était le renforcement du vaste médial oblique du quadriceps (VMO) : de nouvelles recommandations proposent de renforcer les muscles abducteurs de hanche. Quelle est la valeur de ces recommandations ? Doit-on continuer à renforcer le vaste médial ? Cette étude va s’intéresser à ces questions concernant le SFP primaire.


Définition du syndrome

Les douleurs sont situées « autour » et « sur » la patella, on les retrouve en statique et/ou dynamique. Elles peuvent s’accompagner de pseudo-blocages, sensation d’accrochage ou craquements. Le syndrome du cinéma (douleurs en position assise prolongée) est caractéristique de ce syndrome. En dynamique, les douleurs peuvent survenir lors de la montée/descente d’escaliers et pendant le sport.

Les douleurs proviennent d’une souffrance de l’os sous-chondral par hyperpression de la facette latérale de la patella contre la joue externe du fémur et d’une souffrance des tissus péripatellaires provoquée par un défaut de cinématique patellaire lors de la flexion du genou/maltracking.


Rappels anatomiques/biomécaniques

Anatomie


Biomécanique



Stratégies rééducatives

Renforcement sélectif du VMO

Cette technique de rééducation était le gold standard dans les années 80 : la patella a tendance à se subluxer en latéral et le VMO peut corriger cela en actif.

Plusieurs études ont montré un asynchronisme de contraction entre le VMO (corrigeant la translation latérale) et le VL (accentuant cette translation) chez les patients atteints du SFP lors de la marche et du squat unipodal : le VL se contracte avant le VMO. La rééducation proposée était donc le renforcement du VMO en stimulant le moins possible le VL. Mais il a été prouvé qu’il est impossible de renforcer le VMO seul, quelque soit la position utilisée.


Approche globale

Le maltracking est causé par l’augmentation de l’angle Q dynamique et est la cause des douleurs. Il sera dont important de travailler sur la prise de conscience de l’affaissement du membre inférieur en flexion de genou et d’empêcher la majoration de cet angle.

Le schéma retrouvé est une augmentation de la rotation médiale et de l’adduction de hanche, ce qui cause un valgus du genou et une rotation latérale de l’articulation fémoro-tibiale, à l’origine d’un valgus de la sous-talienne et de l’affaissement de l’arche interne du pied. Il est donc important de s’intéresser à l’ensemble de ces articulations.



Facteurs favorisants proximaux (hanche et bassin)

  1. Troubles observés : mauvaise cinématique de hanche ; augmentation de la rotation médiale et de l’adduction de hanche en appui unipodal ; retard de contraction du moyen fessier (MF) en unipodal, à la marche et course à pied.

  2. Rééducation recommandée :

  • Renforcement des fessiers : en décharge, genou tendu (pas de douleur) ; puis augmenter la charge

  • Travail global du membre inférieur en chaine fermée : squats en correction, progressivement

  • Auto-rééducation

Facteurs favorisants locaux (genou)

  1. Origines de la douleur :souffrance de l’os sous-chondral ; rétraction du RL (partage fibres avec le fascia lata) ; corps adipeux infra-patellaire ; tensions musculaires (hypoextensibilité du quadriceps, des ischio-jambiers IJ, du tenseur du fascia lata TFL, adducteurs, triceps sural) ; déséquilibre entre les muscles agonistes et antagonistes (IJ internes et externes ; VMO et VL

  2. Rééducation proposée :

  • Renforcement moyen et grand fessier, sans solliciter le TFL

  • Etirements musculaires ciblés si hypoextensibilité

  • Evaluation isocinétique si le cas est difficile

Facteurs favorisants distaux (pied et cheville)

  1. Troubles observés : rotation interne et adduction du fémur augmentés lors de l’appui unipodal ; effondrement de la voûte plantaire + faux « pied plat »

  2. Recommandations :

  • Orthèses sur mesure : correction du valgus calcanéen

  • Prise en charge de la statique podale : lutte contre l’effondrement du membre inférieur lors de l’appui unipodal


Conclusion



53 vues