Rechercher
  • Baptiste Abderrahmane

Influence d'un programme excentrique des ischiojambiers sur terrain sur la force et la flexibilité.

Revue Kiné à Kiné

Auteur du résumé : Baptiste Abderrahmane. Masseur- kinésithérapeute

Formateur pour l'INFMP

www.infmp.fr

Titre original: « Influence of a field hamstring eccentric training on muscle strength and flexibility»

Auteurs Francois Delvaux et al.



La lésion des Ischiojambiers est la blessure la plus présente dans les sports comprenant des courses à haute vitesse. On retrouve une haute prévalence aussi bien chez les amateurs que chez les professionnels. La force musculaire et la souplesse sont souvent décrites comme des facteurs de risque de lésion musculaire des ischio jambiers.Selon une récente méta-analyse, il y a de fortes preuves que l’entrainement excentrique incluant le nordic hamstring diminue le risque de lésion musculaire des Ischiojambiers de 51% dans le long terme Al Attar WSA « Effect of injury prevention programs that include the nordic hamstring exercise on hamstring injury rates in soccer players ». Le nordic hamstring est souvent intégré aux exercices préventifs, mais ne peut pas être considéré comme le seul exercice à être utilisé. Il utilise principalement la flexion de genou et simule mal la dernière phase du pas antérieur du sprint qui semble être le moment le plus critique pour la lésion des IJ.

Dans l’étude de François Delvaux et al qui nous intéresse « Influence of a field hamstring eccentric training on muscle strength and flexibility », les auteurs font l’essai d’un programme de 15 séances sur 6 semaines de 4 exercices excentriques des ischiojambiers. Pour cela ils ont demandé à plusieurs sportifs amateurs venant de sports différents, mais contenant tous des sprints à haute intensité d’inclure à leurs entrainements après un échauffement standardisé : du nordic hamstring, du single leg roman dead lift, du slide leg exercise et du Askling glider (cf. l’étude pour la description des exercices). Les auteurs ont testé la force concentrique et excentrique des ischiojambiers sur dynamomètre isocinétique ainsi que la souplesse avant et après les 6 semaines. Les auteurs retrouvent en fin de protocole une augmentation de la souplesse passive, mais pas active. Ils expliquent qu’une augmentation active serait surement possible avec des exercices excentriques des ischiojambiers à plus haute vélocité.Les auteurs retrouvent aussi une augmentation de la force excentrique des ischiojambiers, mais pas de la force concentrique. Selon eux, cette force concentrique aurait surement augmenté si les efforts avaient été plus intenses, plus près des efforts maximaux. Le programme mis en place par les auteurs permet donc un gain de force excentrique et très certainement une diminution du risque de lésions musculaires. C’est une série d’exercice qui s’effectue quasiment sans aucun matériel et qui peut être faite directement sur le terrain. Elle colle avec les contraintes et les spécificités du sport amateur. L’effet de ce genre d’exercice sur des sportifs professionnels peut être différent, car le stress imposé pendant 6 semaines sera surement ressenti différemment par l’organisme d’athlètes de haut niveau.


Les auteurs suggèrent de rajouter des exercices à plus haute vitesse (exercices avec kettle bell, ou fit ball). Cependant, prenons aussi en compte l’étude de de IGA J et al « Nordic hamstrings exercise engagement characteristics and training responses » qui étudie les effets du nordic hamstring à vitesse lente et qui trouve ensuite sur dynamomètre isocinétique que l’augmentation du pic de couple est le même à toutes les vitesses (60°/s 120°/s 240°/s) rappelons aussi que le nordic hamstring stimule principalement la courte portion du biceps et que les adaptations architecturales dues à ce travail sont surtout une hypertrophie de cette portion et non un allongement de la fibre par ajout de sarcomère en série.

0 vue