Rechercher
  • laety92

Effets d’un programme d’étirements musculaires selon la méthode RPG chez les patients lombalgiques

Titre original : Lawand P, et al. Effect of a muscle stretching program using the global postural reeducation method for patients with chronic low back pain: A randomized controlled trial. Joint Bone Spine (2015), http://dx.doi.org/10.1016/j.jbspin.2015.01.015

Auteur : Laëtitia Rachel Sellem

Formatrice INFMP - www.infmp.fr


Introduction


La lombalgie est une douleur située entre la 12ème côte et le pli fessier inférieur. Il existe des lombalgies aiguës (3 semaines maximum), subaiguës (3 à 12 semaines) et chroniques (>12 semaines). Une lombalgie est dite « spécifique » quand une étiologie est retrouvée, elle est « non spécifique » quand on n’a pas trouvé sa cause (85% des cas). C’est une des principales causes d’invalidité et d’absentéisme au travail à travers le monde, elle pose un problème majeur de santé publique. Son diagnostic est clinique et il existe de nombreuses techniques de prise en charge et de rééducation kinésithérapique. La « rééducation posturale globale » ou RCP est une technique kinésithérapique française introduite par Philippe-Emmanuel Souchard, kinésithérapeute. « Les muscles sont organisés en chaînes musculaires dont la rétraction est provoquée par de nombreux facteurs d’ordre constitutionnel, comportemental et psychologique » : le but est d’allonger les muscles rétractés et d’améliorer la contraction musculaire des muscles antagonistes.

Il existe 6 postures divisées en 2 groupes :

  1. Postures en flexion de hanche : accent sur la chaîne postérieure (décubitus dorsal les jambes fléchies, assis les jambes tendues, debout penché en avant)

  2. Postures neutres de la hanche : accent sur la chaîne antérieure (décubitus dorsal les jambes tendues, debout le dos contre un mur et debout au milieu)


Le but de cette étude est de mesurer l’efficacité d’un programme de RPG sur la douleur, la fonction, la qualité de vie et les symptômes dépressifs chez les patients lombalgiques chroniques.



Méthodes


C’est un essai randomisé contrôlé. 61 patients lombalgiques chroniques (d’origine mécanique) entre 18 et 65 ans ont été répartis en deux groupes :

  1. Groupe RPG : bénéficiaient d’une séance RPG de 60 minutes par semaine pendant 12 semaines, puis un arrêt des séances sur 12 autres semaines. Les postures étaient réalisées par le patient sous supervision du kinésithérapeute (sans apparition d’effets secondaires), chaque posture durait environ 20 minutes

  2. Groupe témoin : traitement médicamenteux si nécessaire

Les évaluations ont été réalisées avant l’étude (T0), à 3 mois (T1) puis à 6 mois(T2). La douleur (EVA), la capacité fonctionnelle (questionnaire de Roland Morris), la qualité de vie (questionnaire SF-36) et les symptômes de dépression (inventaire de dépression de Beck) ont été évalués.



Résultats/conclusion


Une amélioration de plus de 1,5cm sur l’EVA a été retrouvée chez 87% du groupe RPG contre seulement 7% du groupe témoin à T1 ; puis chez 58% du groupe RPG et 17% du groupe témoin à T2. On retrouve également une amélioration de plus de 5 points au score de Roland Morris chez 61% du groupe RPG et 10% du groupe témoin à T1, puis 48% du groupe RPG et 10% du groupe témoin à T2. Ces résultats sont le signe d’une significante amélioration fonctionnelle (Ostelo et al.). L’avantage de la méthode est que les postures d’étirement sont en progression : cela permet de réduire la force à appliquer pour gagner en souplesse et limiter le risque de blessures. De plus, la diminution des douleurs lombaires ont permis aux patients de regagner en capacités fonctionnelles.

Pour conclure, la RPG est une approche kinésithérapique efficace dans le traitement des lombalgies chroniques tant sur le plan fonctionnel, sur la qualité de vie et sur la diminution des douleurs. Elle n’a pas prouvé son efficacité sur les symptômes de dépression.
20 vues