Rechercher
  • Julien Encaoua

Cryothérapie corps entier chez les patients fibromyalgiques: effets sur la douleur et la mobilité.

Cryothérapie corporelle chez les patients fibromyalgiques:

effets sur la douleur et la mobilité fonctionnelle



Cette étude, qui a été réalisée au CHU de Reims, a pour objectif d'étudier les effets de la cryothérapie corps entier sur la douleur et la mobilité fonctionnelle des patients fibromyalgiques.

Auteurs: M.Vitenet F.Legrand B.Bouchet F.Bogard R.Taiar G.Polidori A.Rapin F.C.Boyer


Méthode:


Groupe 1:

Le groupe 1 à bénéficié du traitement cryothérapique selon les modalités suivantes:

10 séances de cryothérapie corps entier (en plus des soins habituels) dans une chambre cryothérapie sur une durée de 8 jours. La durée de chaque séance d'exposition au froid a été réglée à 3 minutes à une température de -110 ° C.

Groupe2:

C'est le groupe contrôle. Il n'a bénéficié que du traitement habituel.


Les paramètres étudiés:

Intensité de la douleur, et "motricité fonctionnel". Ces mesures ont été éffectuées avant l'étude, à J8, j15, j30


Résultats:

28 patients fibromyalgiques ont participé à l’essai.

Avant le test la douleur était de :

Groupe 1: 7.50+/- 1.81

Groupe 2 (contrôle): 5.92 ± 1.75


A j8, j15 et j30:

Groupe 1: 4.88 ± 2.98 (P < 0.001), 3.13 ± 2.40 (P < 0.001), 3.25 ± 2.92 (P < 0.001)

Groupe 2 (contrôle): 6.00 ± 1.47 et 5.62 ± 1.66


Conclusions de l'étude:

Les patients atteints de fibromyalgie ont présenté une amélioration de la douleur et de la mobilité fonctionnelle après 10 séances de cryothérapie corps entier par rapport aux résultats du groupe témoin.


Remarques:


Cette étude semble nous montrer d'assez bons résultats au niveau de la réduction de la douleur et de la diminution du handicap fonctionnel des patients fibromyalgiques. Ce type de technique est prometteur.


J'apporterai néanmoins une nuance. Pour tous praticiens ayant travaillé avec des patients fibromyalgiques, il est aisé de remarquer comme les nouvelles techniques, symboles d'espoir, sont accueillis avec joie par les patients. Il semble évident que l'expression du ressenti douloureux, et ce même avec la meilleure échelle, sera faussée par ce sentiment d'espoir. Mais le plus important, à mon sens est bien ce qu'ils expriment... Il aurait été cependant intéressant:

1- de relever l'intensité de la douleur les mois suivants afin d'étudier la durée des effets

2- de continuer le traitement sur plusieurs mois pour passer outre à cette réaction euphorique due à la réception d'une nouvelle prise en charge.


Article complet sur https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1877065718300782

Julien ENCAOUA - Kiné A Kiné - Revue Scientifique de Kinésithérapie

213 vues