Rechercher
  • laety92

Cicatrice et massage en kinésithérapie

Titre original : Frasson N. et al. Cicatrice et massage. Rev. Francophone de cicatrisation, n°3, juil/sept 2018, pp. 44-46


Auteur : Laëtitia Rachel Sellem Formatrice INFMP – - www.infmp.fr



Introduction

Le massage est une technique ancienne comprenant l’ensemble des techniques manuelles (pétrissage, pressions, etc) ou performées à l’aide d’une machine (vacuo-aspiration, douche filiforme) sur les différentes parties du corps à but thérapeutique. De nombreuses techniques de massages sont employées en rééducation masso-kinésithérapique afin d’améliorer la cicatrisation tissulaire, de manière adaptée à l’aspect et la position de la cicatrice.


Les techniques de massage

Massage manuel

Lors de la prise en charge des cicatrices (notamment de brûlures) en massage manuel, il faut porter attention à ne pas majorer l’inflammation cutanée ou réaliser une lésion de l’épiderme. On ne réalise pas de frictions mais des « mobilisations cutanées ». Plusieurs techniques sont appliquées selon le stade cicatriciel ainsi que de l’inflammation (test de vitropression VP, normal 3 secondes). Lorsque le VP est inférieur à 1,2 secondes, on doit commencer les manœuvres autour de la cicatrice. On peut également réaliser des techniques de drainage lymphatique.

  • Les étirements orthodermiques de René Maurice Ces étirements décrits par René Maurice peuvent être appliqués sur un épiderme inflammatoire : on réalise une prise pulpaire fixe et on réalise un étirement modéré dans le sens inverse de la rétraction.

  • Les étirements cutanés simples On les utilise de manière lente et progressive. On saisit la zone rétractée et on la tire dans le sens contraire à la rétraction sans à-coups.

  • Les écrasements punctiformes Utilisés durant la phase inflammatoire, ils permettent d’écraser les bords des greffes ou des cicatrices hypertrophiques. On applique une pression modérée, verticale avec la pulpe du doigt

  • Les manœuvres d’assouplissement

->Plis statiques : on peut les réaliser en stade inflammatoire lorsque le VP est proche de 2 secondes, sur un épiderme solide et intègre. Ils améliorent les différents plans de glissement.

->Plis roulés : à réaliser quand le VP est autour de 3 secondes, le pli statique évolue en pli roulé et agit sur les plans cutanés profonds


Les massages mécaniques

  • Douches filiformes haute pression : On débute le traitement 8 à 10 mois après le traumatisme. Ce sont des jets haute pression (15 à 20 bars) permettant l’assouplissement cutané. On peut l’utiliser dans le traitement du prurit chez le brûlé.

  • Le massage instrumental par aspiration : vacuothérapie C’est une technique complémentaire aux massages kinésithérapiques, on l’utilise dans la prise en charge des cicatrices consécutives à des brûlures. Il existe plusieurs têtes de soin s’adaptant à la zone et à la surface, réalisant une mobilisation horizontale et verticale. Il existe l’aspiration séquentielle (pour les tissus inflammatoires) et l’aspiration continue (cicatrices matures)



Efficacité des massages / conclusion

Dans notre pratique kinésithérapique, nous utilisons énormément les techniques de massage. Mais leur niveau de preuve dans la littérature scientifique est bas : de nouveaux essais cliniques contrôlés devraient être réalisés afin d’établir des recommandations. Le massage jouerait un rôle sur différents aspects de la cicatrice :

  • Son épaisseur

  • Le prurit

  • L’inflammation

  • La douleur

  • La souplesse cutanée

Le kinésithérapeute doit adapter sa technique à la nature du tissu cicatriciel (stade de cicatrisation) et à l’inflammation (faire attention à ne pas la renforcer).

0 vue