Rechercher
  • laety92

Équilibre, vieillissement et ostéoporose : effet d’exercices cognitifs associés à la kinésithérapie

Titre original : J. Vaillant et al. Équilibre, vieillissement et ostéoporose : effet d’exercices cognitifs associés à un programme de kinésithérapie. Revue du Rhumatisme 73 (2006) 705–710


Auteur du résumé : Laëtitia Rachel Sellem

Formatrice à l'INFMP - www.infmp.fr


Introduction

Les personnes âgés sont souvent sujettes aux chutes, qui sont provoquée en général par la réalisation simultanée de plusieurs tâches : une tâche locomotrice associée à des tâches cognitives. Plusieurs études ont mis en évidence que l'association d'une tâche cognitive diminuait les performances posturales et fonctionnelles chez les personnes âgées. De plus, il a été montré que la situation de double tâche altère les fonctions cognitives. D'autre part, il existe de nombreux programmes de kinésithérapie prenant en charge les patients ostéoporotiques : ceux-ci veulent améliorer la force, la fonction, l'endurance, la souplesse, la capacité aérobie et réalisent une prévention des chutes. Le but de cette étude est d'évaluer les effets de l'ajout d'exercices cognitifs durant les exercices de kinésithérapie.


Méthode

68 femmes ont participé à l'étude : celles-ci étaient âgées de plus de 70 ans, souffraient d'une ostéoporose avérée et vivaient à domicile. Les tests d'évaluation étaient le Timed Up and Go test (TUG) et le test d'appui monopodal (one leg balance) les yeux ouverts. Les tests ont été réalisés de deux manières différentes : de manière usuelle et en ajoutant une tâche cognitive (compter, décompter). Ces évaluations ont été réalisées avant le début de l'étude, à la fin de l'étude et trois mois plus tard.

Deux groupes ont été constitués :

  1. Premier groupe : "kiné seule", a reçu des séances de rééducation classique (en groupe de 4 à 6, techniques d'éveil sensoriel, d'assouplissement et de renforcement musculaire, de proprioception, de coordination oculocervicale, d'équilibre, travail de la fonction et prévention des conséquences des chutes).

  2. Second groupe : "kiné cognitive", recevaient durant les exercices d'équilibre et fonctionnels des exercices cognitifs (récitations de poèmes, de suite de chiffres, etc.)


Résultats/Discussion

On observe chez les deux groupes une amélioration des performances après les séances de kinésithérapie ainsi qu'à trois mois. On ne retrouve pas de différence significative entre les deux groupes. Cela signifie que les séances de kinésithérapie seules ont un effet bénéfique sur les patients à court et moyen terme. D'autres études devraient être menées afin de consolider ces résultats : elles devraient utiliser des tests d'évaluation différents et analyser les modalités de régulation de la posture exécutées sur une plateforme de force.

8 vues